Tout ce qui nous entoure est si beau, si bien agencé que l’on se poserait des milliers de questions, entre autres: D’où vient la vie? Vous savez, la vie, c’est ce phénomène qui maintient l’activité des organismes jusqu’à leur mort. Eh bien, ce phénoméne ne saurait être reproduit fidèlement par l’Homme. En effet, aucun être humain ne peut donner la vie dans le sens absolu du terme. Si on ne peut pas donner la vie, qui alors pourrait nous la donner? Donnons quelques hypothèses que certains pourraient émettre:
  • Hypothèse 1:
Les autres organismes vivants seraient à l’origine de notre création. Cette piste a de très fortes probabilités de ne pas aboutir à quelque chose de concluant. En effet on remarque que les autres organismes vivants ne sont pas dotés d’intelligence comme celle des êtres humains! Donc logiquement ils n’auront rien à proposer. Cette assertion paraît nettement non envisageable. Il est tellement logique que pour donner la vie, on doit avoir une intelligence très fine et développée .* Donc cette première affirmation est donc facile à exclure.
  • Hypothèse 2: 
Les atomes à force d’être en contact les uns avec les autres pendant plusieurs années auraient été à l’origine de la vie. Cette hypothèse tout comme la première est irrationnelle car cela reviendrait à dire que la cause de la pluralité des êtres vivants sur terre serait dûe au hasard ! D’ailleurs cette hypothèse aurait pu être crédible si les atomes avaient la capacité de se créer seul, parce qu’on sait que toute création a forcément un créateur ; Qui a donc créé les atomes qui constituent ces êtres vivants?? Nous voyons clairement à travers ces hypothèses que: • Les animaux et les organismes vivants qui réagissent instinctivement ne pouvaient pas créer une vie si harmonieusement régit. Puisque l’Homme, malgré son intelligence plus prononcée que les autres créatures, était aussi très limité pour espérer pouvoir créer la vie telle qu’on la perçoit. • Et, il est clair que le hasard ne pouvait pas créer tous les êtres vivants, et si bien organiser la nature telle qu’elle se présente à nous!
Notre raison nous force donc à reconnaître qu’il existe impérativement un être Transcendant, Parfait, Puissant et Très Intelligent qui détient le secret de ce phénomène VIE. 
Le mystère de la vie nous amène aussi à croire en quelque chose qu’on ne voit pas. C’est certes l’âme ! Pourquoi nous croyons en l’existence de l’âme ? Parce que nous savons que c’est un élément essentiel à la vie. Donc par analogie : « Un être a créé cette âme. » Pourquoi s’entêter à ne pas croire en l’invisible qui est la chose la plus logique ? Cela est la chose la plus facile à accepter avec notre raison ! De ce constat on peut se poser des questions sur ce fameux Créateur qui possède des caractéristiques qui dépassent l’entendement. Parmi elles : Est-ce que le Créateur peut mourir ? Il n’est pas possible de répondre à cette question par le positif. En effet cette question reviendrait à remettre en question la puissance du Créateur. Par conséquent cela rapporterait une deuxième interrogation : Est-ce que le Créateur pourrait subir la mort ? Et cela serait illogique qu’Il puisse subir la mort car le fait qu’Il nous a créé montre clairement que ses capacités nous dépassent grandement, surtout concernant la puissance et l’intelligence. Donc comme Il est tout puissant, il serait alors inconcevable qu’Il puisse subir l’emprise de quelque chose comme la mort. Et cela se confirme lors de l’analyse de Sa création. Car une merveille indique toujours que quelqu’un l’a façonnée. Et lorsqu’on regarde les différentes créations, on voit qu’elles sont trop merveilleuses et parfaites pour être le fruit du hasard ou d’un être qui est limité dans sa puissance. Laissez-moi vous mentionner une chose qui m’a étonné et c’est une chose qui montre la puissance du Créateur : Les nuages. Savez-vous que les nuages pèsent des tonnes. Faites des recherches et vous serez ébahis sur tout ce qui nous entoure et vous ne douterez plus de la puissance infinie du Créateur. On pourrait tout de même se demander : Y a-t-il plusieurs créateurs ? Le plus logique serait qu’Il n’y en ait qu’un, sinon il y aurait une instabilité dans le royaume du Créateur. Car on pourrait s’imaginer que ces créateurs se partageront entre eux les créations, que chaque créateur voudrait s’enfuir avec sa création. Ce serait invivable pour nous ! De plus cela remettrait sûrement en cause la puissance du créateur car il y en aurait assurément un parmi les créateurs qui prendrait le dessus sur les autres. Ce qu’on peut juste affirmer c’est que Le Créateur est tout puissant, élevé et exempt de tous ce que pourrait affirmer ceux qui n’ont aucune preuve. On pourrait aussi se demander : Est-ce que le Créateur a eu un début ? Si c’était le cas cela contredirait notre raison. En effet il serait trop dur à concevoir cela dans notre raison donc il y a de forte, très forte probabilité que Non. Expliquons pourquoi cela serait dur à concevoir. Pour cela je propose de s’appuyer sur ce qu’on a affirmé précédemment. On avait dit : qu’il n’y avait qu’ »un Créateur ». Donc comment s’imaginer que lui-même a un créateur ! Même s’il y en avait un autre créateur en plus du Créateur tout-puissant, on aurait eu par conséquent une infinité de créateur. Les questions qu’on se poserait indéfiniment seraient : « Mais qui a créé le créateur du créateur du créateur de Dieu ? La vrai réponse est que Dieu n’est pas assujetti au temps. Il est exclu de notre frise de temps qu’on utilise pour classer les événements de l’histoire. On comprend aussi alors que le temps est une créature car il a eu un début. Au passage, on comprend avec cela la fausseté de l’argument de ceux qui disent que Dieu a un enfant. Car s’il avait eu un enfant, alors son enfant aurait un début contrairement à Lui. Comment Son enfant pourrait avoir un début et son père non ? Un enfant n’est-il pas de la même espèce que son père ? Il n’aurait pas le même niveau que son père ? La création de Dieu est parfaite. Alors comment son enfant, lui, ne serait pas parfait ?! Exempté et élevé soit-Il, Il est certes au dessus de tout ce qu’ils veulent Lui associer ! Si tu es objectif tu ne peux qu’attester de l’unicité et de la toute puissance du Créateur. N’oublie pas de regarder toutes les vidéos qui te sont proposés. Le mieux c’est que tu les regardes en laissant un commentaire sur ma chaîne Youtube et que tu t’y abonne !



Dans le précédent article, nous avons clairement vu qu’il ne pouvait avoir qu’un Seul Créateur dont les attributs relèvent de la perfection. Dès lors, nous entrons dans le domaine de la croyance en l’invisible. Nous ne parlons pas d’une banale imagination de l’esprit mais plutôt d’une croyance ferme qui ne laisse place à aucun doute. Et naturellement chacun d’entre nous se demande:
  • Pourquoi toutes ces choses sont créées?
  • Quel est mon réel but dans la vie?
  • Comment me rapprocher de mon Créateur pour profiter de ses faveurs?
  • Qu’est-ce qui se passera quand je serai mort?
Chacun de nous se dira : Pourquoi le Créateur ne nous donne pas de réponse? N’est-ce pas illogique de Sa part? Il nous crée puis nous néglige !? Ne serait-ce pas là une injustice envers Ses créatures qui raisonnent? On sait que Le Créateur sait mieux que quiconque la nature de Ses créatures et qu’il aurait su que l’homme s’interrogerait sur ce sujet. Donc il serait inconcevable qu’Il nous laisse comme ça. En effet Sa création est tellement parfaite qu’on ne peut qu’attester le fait qu’IL est trop parfait pour ne pas prévoir et anticiper cette situation. De plus la pluralité et la diversité de Sa création nous montre qu’IL est rempli de bonté comme pourrait-il nous laisser perplexes !? Quand on regarde Sa création parfaite on voit que chaque espèce se déplace en groupe, et est souvent guidée par un leader issue de la même espèce. Par conséquent si le Créateur nous envoie un message il est logique qu’IL le transmettra à un homme parmi nous. Donc logiquement on s’attendrait à avoir un leader issu de nous qui nous guide vers la réponse à nos questions qui relève de l’invisible. C’est bien évidemment dans ce sens, que Le Seigneur des mondes nous envoie Ses messagers afin de répondre non seulement à nos questions existentielles mais aussi pour nous donner des directives pour mieux vivre notre temps sur terre!! Ainsi, Le Seigneur des mondes envoie un guide (noble, de bonne moralité, sage, perspicace et doté d’une connaissance éminente au sujet du Seigneur). Le Seigneur en envoie plusieurs, à chaque peuple pour que le message soit d’abord spécifiquement compris par chaque peuple de façon optimale. Et pour mieux convaincre le peuple, Le Seigneur des mondes permettrait à Son messager de pouvoir faire des choses extraordinaires qui dépasserait les capacités des hommes. Cela aiderait l’homme à étre sûr et certain de la légitimité du messager vu que naturellement l’humain croit mieux en ce qu’il voit. Mais comment reconnaître la fiabilité du Messager du Seigneur vu que des imposteurs, usurpateurs peuvent faire de faux miracles et prétendre être des messagers!? Comment donc distinguer le véridique du menteur? Comment pourrait on s’assurer de la vérité? Eh bien, par le jugement objectif concernant la personne qui informe : Qui est celui qui nous parle? Comment était-il avant qu’il nous informe des choses de l’invisible? Est-ce que c’était quelqu’un qui; lorsque l’occasion se présentait à lui trichait, mentait… ou était-il quelqu’un qui était un exemple aux meilleurs comportements et les appliquait même quand il pensait que personne ne pouvait le voir? Était-il chaste? Quelle était sa réputation avant le message? Pour vous donner un exemple très illustrant, je vais vous apporter un dialogue qui s’est fait entre l’empereur byzantin, Héraclius 1er et une personne de la tribu d’un homme qui disait être prophète et messager du Créateur. L’homme de la tribu du prophète en question s’appelait Abu Sufyan. Voici leur dialogue : Héraculius 1er: Quelle appréciation faites-vous de sa généalogie ? Abù sufyân: « Son lignage est noble. » Héraculius 1er: « Quelqu’un parmi vous a-t-il déjà tenu de tels propos (le fait de se prétendre prophète) ? » Abù sufyân:« Non. » Héraculius 1er: « Le soupçonniez-vous de mensonge avant qu’il ne tienne un tel discours ? » Abù sufyân: « Non. » Héraculius 1er: « Y a-t-il des rois parmi ses ancêtres ? » Abù sufyân: « Non. » Héraculius 1er: « Ceux qui le suivent sont-ils les nobles ou le bas peuple ? » Abù sufyân: « Plutôt le bas peuple. » Héraculius 1er: « Les gens qui le suivent augmentent-ils en nombre ou régressent-ils ? » Abù sufyân: « Ils augmentent plutôt. » Héraculius 1er: « Y en a-t-il qui apostasient par aversion après avoir embrassé sa religion ? » Abù sufyân: « Non. » Héraculius 1er: « Lui arrive-t-il de trahir ? » Abù sufyân:« Non. Toutefois, nous avons conclu une trêve avec lui et nous ne connaissons pas ses intentions. » Abù sufyân: ajouta plus tard : « C’est la seule réponse où j’ai pu glisser un mot. ») Héraculius 1er: Avez-vous été en guerre avec lui ? » Abù sufyân: « Oui. » Héraculius 1er: « Quel a été l’aboutissement de vos combats ? » Abù sufyân: « Tantôt nous triomphions et tantôt il triomphait. » Héraculius 1er: « Que vous ordonne-t-il de faire ? » Abù sufyân: « Il nous ordonne de n’adorer que Dieu seul sans rien lui associer, de délaisser le culte de nos ancêtres, de faire la prière, de verser l’aumône, d’être sincères, d’être chastes et de garder le lien avec la famille. » Héraculius 1er: (au traducteur) ! : « Dis-lui que je l’ai interrogé au sujet de son lignage et il a répondu qu’il est noble. Il en est de même du lignage des messagers au sein de leur peuple. Je lui ai demandé si quelqu’un avant lui avait eu la même prétention et il m’a répondu que « non ». Car, si quelqu’un avant lui avait eu la même prétention, j’aurais pu croire qu’il ne veuille que renouveler ce qu’un autre a déjà accompli. Je lui ai demandé s’il y avait des rois parmi ses ancêtres et il m’a répondu que « non ». Je me suis dit : S’il y avait un roi parmi ses ancêtres, je pourrais penser qu’il cherche à reconquérir le trône de son père. Je lui ai demandé s’ils le traitaient de menteur avant qu’il n’ait eu à se présenter comme prophète et il m’a répondu que « non ». Or j’ai compris par-là que s’il n’était pas homme à mentir à l’égard de ses semblables, il ne pouvait, à plus forte raison mentir à l’égard de Dieu. Je lui ai demandé si ce sont les nobles qui le suivent ou le bas peuple et il répondit « le bas peuple », or ce sont ceux-là même qui suivent toujours les messagers. Je lui ai demandé si ceux qui le suivent augmentent en nombre ou régressent, et il m’a répondu qu’ils progressent, or c’est bien cela le propre de la foi qui est de croître jusqu’à atteindre la complétude. Je lui ai demandé s’il y en a qui apostasient par aversion parmi ses disciples et il m’a répondu que « non », or c’est bien ainsi qu’il en est de la foi, lorsque sa douce saveur rencontre les cœurs. Je lui ai demandé s’il trahissait, il m’a répondu que « non », or tel est le comportement des messagers, ils ne trahissent jamais. Je lui ai demandé s’ils se sont combattus, et il m’a répondu que « oui » et que les combats entre vous avaient eu des alternatives, tantôt à son avantage et tantôt au leur. Il en est ainsi des prophètes, ils subissent des épreuves, mais la réussite et le succès final leur reviennent. Je lui ai demandé ce qu’il leur ordonne et il m’a répondu « qu’il leur ordonne d’adorer Dieu sans rien lui associer, de s’abstenir d’adorer les idoles, de prier, de cultiver la sincérité et la chasteté. » Dis-lui que si tout ce qu’il m’a dit est vrai, il sera maître de l’endroit sur lequel, présentement, foulent mes pieds. Je savais qu’un prophète allait paraître, mais je n’imaginais pas qu’il viendrait de vous. » Cet événement se serait produit il y a 1400 ans. Voilà un peu pour l’exemple comment il faudrait investiguer sur quelqu’un qui nous apporte un message. N’oublie pas de regarder toutes les vidéos qui te sont proposés. Le mieux c’est que tu les regardes en laissant un commentaire sur ma chaîne Youtube et que tu t’y abonne !





On a vu dans l’article précédent qu’il était naturel pour nous, les humains de connaître le messager avant même de pouvoir le croire. Cela par mesure de précaution car les informations que ce messager nous transmettrait ne seront pas « vérifiables » d’un point de vue expérimental. En effet, les informations qu’il nous communiquera prendront leur source de l’invisible. Comme le guide ou le messager nous apportera un livre qui ne sera pas vérifiable, il est normal qu’on se focalise sur 3 points pour pouvoir accepter ce qu’il apporte : Étape 1. L’analyse de la personne qui prétend apporter le message du créateur. Étape 2. L’analyse de l’authenticité du message Étape 3. L’analyse du contenu du message Il est aussi naturel qu’on analyse le contenu du message. Car on devra s’apercevoir que les paroles du Créateur sont « plus grandes » que nos paroles. Donc, en plus d’analyser le messager, on devra aussi analyser le message avec lequel il est envoyé. Lorsqu’on regarde les grandes religions, on remarque que la dernière personne qui se revendiquait messager remonte à 1400 ans. Une question alors peut se poser : Comment nous, au 21ème siècle, pourrions-nous analyser le messager ? La réponse est qu’on ne pourra pas le faire si le messager n’est pas issu du 21ème siècle. Il nous restera par conséquent qu’à analyser de manière la plus subtile possible le message et son contenu. En effet le message qu’on devra analyser sera un texte sacré, et pas un texte quelconque. Pour voir si on peut suivre le texte dit « sacré » on va lui poser certaines questions. Mais avant de poser ces questions de l’analyse des textes sacrés, on peut déjà exclure deux types de religions : 1/ Celles qui appellent à la divinisation de plusieurs créateurs. Celles qui adorent les animaux, les astres, les hommes ou les statues, tout cela sont à exclure. Certes lors du premier article on a montré qu’il était illogique qu’il n’y ait pas de créateur ou qu’ils étaient plusieurs. Donc au minima on sait que le message ou que la religion devra mentionné un seul Créateur. 2/ Toutes les religions qui ne sont pas connues mondialement seront à exclure. Cela, car il serait illogique que la plupart des hommes l’ignore. Toute verité une fois mis au grand jour se propage à une vitesse phénoménale à notre époque. Donc seulement trois religions ont retenu l’attention : Le christianisme, le judaïsme et l’islam. Pour valider l’analyse des religions, on interrogera les sources de chacune d’elles. 1/Est-ce que le livre est revendiqué par un homme ? C’est-à-dire est-ce qu’un homme dit « c’est moi l’auteur de ce livre ! » ? Car si le livre provient de l’écrit d’un homme, pourquoi le suivrait-on ? Pourquoi son livre serait-il meilleur que celui d’autres hommes ? 2/ Est-ce que le livre ordonne des choses convenables et se montre clair ? Le livre devrait ordonner les meilleures des choses pour l’homme car il est logique que Celui qui a créé l’homme sache ce qui est meilleur pour lui ou pour la société dans laquelle il vit. 3/ Est-ce que le livre mentionne un seul Créateur ? Nous avons déjà pu voir que c’était illogique qu’Il y ait plusieurs créateurs. Le christianisme est en passe de faillir sur cette question car il s’y trouve une dose de polythéisme dans leur livre. En effet, on y trouve des passages de la Bible qui laissent croire que Jésus serait le fils du Créateur mais on trouve d’autres passages qui affirment que le Créateur est unique. En continuons notre analyse, intéressons nous à l’authenticité des textes des trois grandes religions. Sont-ils préservés jusqu’à nos jours ? Car nous sommes au 21ème siècle et il s’agit de textes d’époques lointaines. On pourrait s’interroger de la façon suivante : 4/Est-ce que le texte a été conservé dans son langage originel ? Cette question est importante car si le texte est traduit on dit que le texte a été « trahi ». Et cette parole a du sens pour une personne qui comprend au minimum deux langues. Pour éclaircir ce point prenons un exemple : Si deux personnes entreprennent la traduction d’un texte dans la même langue chacun de leur côté. Même si ces deux personnes ont fait leur possible pour ne pas altérer le texte d’origine, ils se rendront compte qu’ils n’ont pas traduit mot à mot… mais qu’ils ont tous deux utilisés des synonymes différents pour exprimer une même idée. Mais le problème, parfois, lorsque nous utilisons des synonymes est que le texte peut s’en trouver altéré. Un mot peut cacher une nuance. Que dire à l’échelle d’un livre tout entier ? Imaginez encore une retraduction dans le sens inverse, c’est-à-dire vers la langue d’origine. C’est ce qu’on appelle une « version ». Beaucoup de mots du texte originel seraient probablement perdus. Et ce sont ces procédés qui ont été appliqués à la bible chrétienne. À tel point que les chrétiens ont pris pour habitude de dire « les Évangiles » (au pluriel) selon un tel ou un tel. Lors d’une conférence que j’ai pu visionner, animé par un chrétien, ce dernier a montré une copie d’un parchemin de la Bible évangélique sur laquelle on pouvait voir des ratures sur un passage, puis sur les interlignes une (re)modification. L’essence, l’origine du livre est peut-être divine mais la main de l’homme en a fait un livre dont une partie importante est inauthentique et peu fiable. Pour ces raisons je vois qu’il n’est pas judicieux pour une personne censée de prendre ce livre comme source. Malgré ce constat, on remarque que beaucoup parmi les Chrétiens s’entêtent à philosopher sur les profondeurs de leurs textes… Ne seraient-ils pas égarés !? Quelqu’un de sensé exclurait le christianisme. Continuons avec les deux religions qu’il reste, à savoir l’Islam et le Judaïsme. Les questions que l’on pourrait poser afin de savoir quelle est La religion à laquelle il faut adhérer pour satisfaire le Créateur : 5/ Est-ce que le texte est seulement disponible sur un support écrit ? Cette question est pertinente car si le texte proposé ne possédait qu’une version écrite, on pourrait supposer que la main de l’homme l’ai modifié. On remarque que la Torah et le Coran, qui sont respectivement les livres sacrés du Judaïsme et de l’Islam, présentent une transmission orale et écrite. 6/ La notification orale prime-t-elle sur le texte manuscrit ? C’est à dire en cas de divergence entre les deux supports: l’un oral et l’autre écrit, lequel est avancé en premier ? Cette question est importante car si on fait devancer le support écrit sur le support oral, cela ouvrirait la porte à l’existence de passages cachés par l’homme. Et l’importance de cette question ne peut réellement être comprise si le lecteur ne cerne pas le système linguistique que propose l’hébreux et l’arabe. En effet l’hébreu et l’arabe sont des langues qui, si elles ne sont pas bien prononcées, modifient le mot et donc son sens. Si la version orale de la Torah est conditionnée par l’écrit, il faudrait faire grandement attention que rien de l’écriture n’ait été altérée. Si l’écriture supprime un passage, l’orale suivra obligatoirement. Et c’est à ce problème que les juifs sont confrontés avec leur livre. Selon les sources juives, l’écrit prime sur l’oral. Cela peut être dangereux car le texte peut être changé et altéré ou des passages peuvent être cachés par ce moyen. Je propose de regarder d’un peu plus près le Judaïsme : Selon leur source, le peuple des premiers temps était confronté à beaucoup de conflits internes. Certains parmi eux n’ont pas voulu se conformer aux enseignements de la Torah. Plus grave, les juifs ont jugé qu’il était important qu’ils remettent leur livre à jour car quelques siècles après la révélation de la Torah, l’empire byzantin a assailli le temple où les sages y étudiaient le livre sacré qui était la Torah. Il est rapporté que les byzantins ont causé de nombreuses pertes, notamment sur les écrits qu’ils avaient du livre sacré. Donc, quelques années après cet événement qui est l’attaque des byzantins qui ont mis en ruine le temple où les juifs apprenaient la Torah, les sages juifs se sont réunis pour réécrire la Torah. Puis, plusieurs années après, les sages juifs se sont mis d’accord pour écrire la Torah orale qui est une explication rabbinique. De plus, certains parmi les Juifs qui avaient le pouvoir se sont réunis pour faire des réformes du livre car ils ont jugés que certains enseignements étaient trop lourds pour la société. Ils en ont donc cachés certaines parties. Laissez-moi vous citer un article de source Juive pour vous appuyez ce que j’avance : « La loi écrite (les Écritures) mais aussi « orale », c’est-à-dire en y incluant l’exégèse rabbinique ! Le propos n’était donc pas d’accorder une origine exclusivement divine au « livre de Moïse* » ni même de définir ici les contours d’un corpus sacré mais de récuser des groupes dissidents qui tentaient d’ébranler le consensus autour duquel s’était constituée la communauté des Sages de Yavné « . Et que peut-on dire encore concernant le peuple Juif !? Beaucoup parmi eux sont indisciplinés et cachent une partie de leur texte. Celui qui venaient avec un enseignement authentique était immédiatement qualifié de « traite » et c’est ce nom qui fut projeté à Jésus**. Il y a d’autres preuves qui montrent qu’ils ne sont pas digne de confiance. Avez-vous entendu parlé du parchemin 4Q41 retrouvé dans la grotte de Qumran en 1952 ? Ils ont retrouvé un passage de leur livre sacré qui présente des détails perdu dans leurs autres textes de nos jours. Le livre dont les passages étaient plus longs que ceux de nos jours étaient le déteuronome. Ils emputent les versets comme ils veulent. Voilà pour le résumé de tous ce qui montre que le texte n’est plus sacré. Comment un peuple comme celui-là n’encourre-t-il pas la colère d’Allah. Certes, par le passé ils ont fait la guerre à des prophètes et ont comploté pour tué des prophètes. Il est clair alors pour une personne qui résonne que cela ne sert à rien de lire la bible évangélique et la Torah. Ce qui nous reste c’est le Coran avec l’islam. Et comme les autres il devra respecter les mêmes critères pour être accepté. Le résumé détaillé de tout ce que j’ai avancé se trouve dans la conférence donnée par le bibliste Thomas Romer intitulé « La naissance de la bible ». Dans cette conférence il parle de la Bible Évangélique de la Torah. *Moïse ou Moussa en arabe est le messager ayant ramené la Torah au peuple Juifs. **Jésus ou ‘Issa en arabe est le messager ayant ramené la l’évangile au peuple Chrétien. N’oublie pas de regarder toute les vidéos qui te sont proposés. Le mieux c’est que tu les regardes en laissant un commentaire sur ma chaîne Youtube et que tu t’y abonne !





Nous avions vu que les religions chrétienne qui prônait l’évangile et le Judaisme avec la Torah n’étaient pas crédibles car il était clair que l’homme les avaient modifié. Donc il nous reste : – l’Islam avec le Coran. Avant d’analyser le Coran regardons ce qu’il est dit au sujet du judaïsme et du christianisme. Commençons par le christianisme Ceux qui disent : « Nous sommes chrétiens », Nous avons pris leur engagement. Mais ils ont oublié une partie de ce qui leur a été rappelé. Nous avons donc suscité entre eux l’inimitié et la haine jusqu’au Jour de la Résurrection. Et Allah les informera de ce qu’ils faisaient. [Sourate Al-Ma’idah verset 14] et sur le judaïsme Puis à cause de leur violation de l’engagement, Nous les avons maudits et endurci leurs cœurs : ils détournent les paroles de leur sens et oublient une partie de ce qui leur a été rappelé. Tu ne cesseras de découvrir leur trahison, sauf d’un petit nombre d’entre eux. Pardonne-leur donc et oublie [leurs fautes]. Car Allah* aime, certes, les bienfaisants. Pour le moment je propose d’analyser le Coran. [Sourate Al-Ma’idah verset 13] Et dans un autre passage il est dit : « Ils n’apprécient pas Allah à sa juste valeur quand ils disent : « Allah n’a rien fait descendre sur un humain. » Dis : « Qui a fait descendre le Livre que Moïse a apporté comme lumière et guide, pour les gens ? Vous le mettez en feuillets, pour en montrer une partie, tout en cachant beaucoup. Vous avez été instruits de ce que vous ne saviez pas, ni vous ni vos ancêtres. Dis : « C’est Allah. » Et puis, laisse-les s’amuser dans leur égarement. » [Sourate Al-an’am verset 91] Est-ce qu’en islam les messagers Moïse et Jésus sont reconnus ? Oui, tout deux sont reconnus et les livres qu’ils ont reçu sont affirmés comme venant de Dieu. Si bien que si une personne remet en question leur prophétie ou traite de mensonge le message avec lequel ils sont venus, la personne n’est pas musulmane. En effet Allah a révélé à Mohammed paix et bénédiction de Dieu sur lui : « Il vous a légiféré en matière de religion, ce qu’Il avait enjoint à Noé, ce que Nous t’avons révélé, ainsi que ce que Nous avons enjoint à Abraham, à Moïse et à Jésus : « Etablissez la religion; et n’en faites pas un sujet de division. » Ce que les musulmans affirment c’est que l’islam est la religion de tous les prophètes et messagers. Pour comprendre ce point il faut comprendre l’étymologie du mot islam. En effet dans la langue arabe « islam » veut dire soumission. Résumons alors les deux dimensions du mot musulman : -Tous ceux qui étaient soumis au Créateur avant l’islam étaient considérés comme étant musulmans et auront par conséquent la même récompense qu’un musulman de nos jours peut avoir auprès du Créateur. Par exemple un chrétien (avant l’islam) qui appliquait exactement ce que Jésus avait commandé était musulman. -La deuxième dimension ce sont les musulmans de la religion islamique, tous ceux qui sont les suiveurs du prophète Mohammed ﷺ. On reviendra sur ce point plus tard. ● Qu’est ce que le Coran ? Quand on analyse le Coran de plus près on voit que c’est un livre révélé petit à petit sur une période de 23 ans. Un livre que personne n’a revendiqué comme étant l’auteur si ce n’est Le créateur lui-même. Pourtant c’est une œuvre époustouflante, donc celui qui l’aurait revendiqué aurait été très célèbre tellement ce qu’il contient est fort. L’analyse de cette œuvre ébahit que ce soit sur un point de vue : – linguistique avec la clarté des sens qu’il renferme, les rimes, … ou encore selon un point de vue : scientifique avec la précision qu’il apporte sur des vérités vérifiables qu’avec des recherches poussées. Lorsqu’on analyse de plus près le Coran on se rend compte qu’il n’est pas qu’écrit mais aussi mémorisé par cœur par un nombre phénoménal, en plus il est mémorisé que dans sa langue originelle. Selon Wikipedia en 2008 on comptait 10 millions de personnes mémorisant le coran par cœur, partant de ce constat on ne peut pas douter qu’il était aussi mémorisé par cœur lors de sa révélation il y a 1400 ans. Toute façon le mode de transmission du Coran dépasse tout entendement certes il a été transmis via le mode « Tawaatour ». Ce mode est le plus grand mode d’authenticité existant sur cette terre. Cela veut dire que la transmission s’est faite d’un nombre très important de personne qui l’ont diffusé à un nombre important , tellement important qu’on est sûr qu’il n’aurait jamais pu se mettre d’accord pour mentir. Quelqu’un pourrait se dire : S’il est transmis par voie orale pourquoi le mettre aussi dans un livre ? Parmi les réponses qu’on pourrait apporter : – Pour faciliter aux musulmans sa mémorisation. Le laisser que par voie orale aurait été compliqué pour ceux qui auraient voulu le mémoriser. Le Coran est retranscrit en écrit et il fait à peu près 600 pages mais cela n’empêche pas à un chinois par exemple de l’apprendre par cœur en langue arabe. On pourrait dire : Pourquoi ne pas le traduire dans plusieurs langues pour faciliter son apprentissage ? Parmi ce qu’on pourrait dire c’est que « traduire c’est interpréter » et d’autres diraient simplement « traduire c’est trahir. » En effet deux personnes peuvent traduire un même texte dans la même langue mais rapporter deux versions différentes même s’ils ont cherché à traduire mot à mot. Le Coran reste en arabe puis celui qui veut interpréter son texte selon son niveau intellectuel il pourra le faire mais le livre du créateur en sera innocent de cette interprétation. – Pour préserver l’authenticité du texte. En effet il y a eu un besoin de le mettre en écrit. Pour que ce point soit clair pour chacun, je propose qu’on étudie la compilation du coran : On a vu précédemment que le Coran était mémorisé par cœur du temps du prophète sur lui les éloges et les salutations et que c’est la récitation qui prime sur l’écrit. Sachez que le coran était aussi mis à l’écrit du temps du prophète Mohammed ﷺ, en effet il y avait beaucoup de personnes qui étaient connues pour écrire la révélation. Cette écriture se faisait sous le contrôle du messager d’Allah Mohammed ﷺ et les personnes qui se chargeaient d’écrire la révélation sont appelées « les scribes de la révélation ». Un exemple de paroles du prophète aux scribes : »N’écrivez rien de moi ! Et quiconque a écrit de moi autre chose que le Coran, alors qu’il l’efface ! ». Ou lorsqu’il disait: « Mettez ce verset a cette place (dans telle sourate, après tel autre verset)! ». Tous ces écrits du Coran étaient regroupés sur des feuilles ou divers autres supports mais pas réunis dans un seul livre. Après la mort du prophète Mohammed (sur lui les éloges et les salutations) le calife Abu bakr a reçu une information du compagnon ‘Omar qui lui conseillait de faire du Coran un livre. ´Omar dit : « une tuerie eu lieu à Yamama au sein des lecteurs du Coran et je crains que si ceux-ci continuent de se faire tuer sur les champs de bataille, une bonne partie du Coran risque de se perdre. C’est pourquoi je pense que tu devrais faire rassembler le Coran ». En effet les lecteurs du coran mémorisaient par cœur le Coran et on rapporte qu’à peu près 500 lecteurs du Coran étaient morts. Puis le calife Abou Bakr a chargé le compagnon Zayd ibn Thabit de compiler le Coran en un livre. Il dit par conséquent a Zayd ibn Thabit : « Tu es jeune, raisonnable et au-dessus du soupçon. En plus, tu écrivais du vivant du Prophète ﷺ la révélation qu’il recevait. Va collecter et rassembler les (différents éléments du Coran)… ». Le Compagnon Zayd ibn Thabit connaissait le Coran par cœur, ce qui ne l’empêcha pas d’adopter une approche fondée sur la vérification ; il n’acceptait l’insertion d’un verset dans le Coran que quand deux Compagnons attestaient l’avoir entendu directement de la noble bouche du Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui). Zayd ibn Thabit a dit : « Au nom d’Allah, s’ils m’avaient chargé de déplacer une montagne, j’aurais trouvé cela plus facile que l’exécution de l’ordre de rassembler le Coran qu’ils venaient de me donner. J’ai dis : comment allez-vous faire quelque chose que le Messager d’Allah ﷺ n’avait pas fait ? Il (Abou Bakr) a dit : « Au nom d’Allah, c’est mieux. » puis il ne cessa de me répéter son idée jusqu’à ce qu’Allah m’en inspirât l’admission comme Il l’avait fait pour Abou Bakr et pour Omar. Dès lors, je me suis mis à rechercher et à collecter les éléments coraniques transcrits sur des branches de dattier et sur des pierres lisses ou conservés dans la mémoire des gens. Cette compilation était en un exemplaire et appelée « mousshaf al-imam » مصحف الإمام puis le troisième calife de l’islam ‘Uthman a décidé de diffuser cette compilation aux musulmans et ordonna de brûler tous les autres écrits du Coran. Le Coran se compose de 30 grands chapitres dits jûz, divisés en chapitres appelés sourates, eux-mêmes divisés en ayat ou verset. Il y a 114 sourates et plus de 6000 versets. On trouve dans le coran les informations des anciens : – Les histoires des prophètes et les pieux. – L’histoire et le sort qui est réservé à ceux qui ont voulu tourner le dos au Créateur. – Des sagesses et des exemples – Il parle aussi des versets qui racontent les miracles d’Allah (qui est le créateur). – Il parle de la puissance d’Allah qui s’exerce sur cet univers immense. – Il explique l’origine de l’être humain. Il parle des dispositions relatives à la foi qui doit animer le cœur pour l’apaiser. – Il expose les règles qui vont permettre de juger un acte pour qu’ils puissent savoir ce qu’Il aime ou ce qu’Il Le courrouce. -Il parle de l’au-delà, la destinée humaine et décrit l’Enfer où certains seront logés misérablement et il parle du Paradis un lieu de séjour pour les pieux. Le Coran mentionne d’autres choses qu’il serait trop long d’évoquer ici. Lorsqu’on regarde le Coran il y a quelque chose de plus étonant qu’aucune diffusion ancienne faite par voie orale n’a pu rapporter. C’est le « Tajweed » qui est la manière de réciter le Coran selon l’embellissement de sa révélation. De plus celui qui comprend la langue arabe de plus connait le contexte des gens de l’époque et est objectif ne peut que reconnaître la supériorité du coran sur les autres livres. C’est pour cela qu’on dit : « la différence qu’il y a entre nous et Dieu est comme la différence qu’il y a entre nos livres et le livre de Dieu ! » Le Coran on l’apprend en arabe comme il à été lu pour en respecter et garder de manière subtile les sens. Mais en plus de cela, on l’apprend avec des règles spécifiques appelées « tajweed ». Le tajweed est là pour réglementer la récitation du Coran. Au début il était qu’à l’oral puis ses rêgles de lectures ont été mises en écrit comme le Coran. Si bien que s’il y avait un problème entre la récitation et l’écrit, eh bien la récitation reprendrait le dessus. Les recherches sur le texte coranique m’ont permi de tomber sur un livre écrit pas un indien du nom de Moustapha ala’zami مصطفى الأعظمي. Le but de son livre était de montrer l’authenticité du Coran. Pour ce faire, il a réuni toute les photos des parchemins retrouvées du Coran retrouvé à différentes époques et dans différents pays puis mot par mot il a analysé les versets du Coran pour voir s’il y eût modification, rajout ou suppression. Le livre s’appelle « annass alqurani alkhaalid ‘abra al’oussour النص القراني الخالد عبر العصور». Il y a encore quelque chose de plus surprenant liée à la récitation coranique : À un endroit du coran, à la sourate Youssouf (Joseph) au verset 11, le récitateur doit appliquer une règle de tajweed qui s’appelle « ichmam » cette règle consiste en ce que le lecteur de ce verset lorsqu’il lit le mot qui veut dire en français « confié » eh bien il doit avancer ses lêvres sans prononcer aucun son (je vous souhaite d’apprendre cela avec un professeur sinon c’est dur à comprendre). Pour revenir, sur ce geste qui n’aurait aucun incident sur la sonorité et l’intonnation de la récitation du Coran doit tout de même être respecté. Si bien qu’on rapporte qu’un imam qui était aveugle lorsqu’il enseignait le Coran, lorsque la personne arrivé à ce mot où il fallait faire la règle de « l’ichmam », ce professeur mettait sa main sur les lèvres de l’apprenant pour voir si l’étudiant appliquait bien la règle de l’ichmam. En effet, appliquer la rêgle de l’ichmam est une condition pour avoir l’attestation qui stipule que la personne récite le Coran comme il a été révélé , et depuis des siècles les musulmans espèrent avoir cette attestation honorifique. (Beaucoup [louange à Allah] l’ont reçu.) Ce que le Coran affirme des livres sacrés: « Il a fait descendre sur toi le Livre avec la vérité, confirmant les Livres descendus avant Lui, et Il fit descendre la Thora et l’Évangile. Auparavant, en tant que guide pour les gens. » Versets 3 et 4 de sourate aali ‘imran Il est important de souligner que même si l’essence de l’évangile et de la Torah sont célestes, dans le Coran il y a la suffisance. Allah dit dans le sens des versets : « Et sur toi (Mohammad) Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité, pour confirmer le Livre qui était là avant lui et pour prévaloir sur lui. Juge donc parmi eux d’après ce qu’Allah a fait descendre. Et ne suis pas leurs passions, loin de la vérité qui t’est venue. A chacun de vous Nous avons assigné une législation et une voie à suivre » verset 48 sourate al ma ida. On reviendra sur cette explication de verset; Cette chose qui est la préservation des gestes n’était pas qu’une chose réservée pour la récitation coranique mais aussi les faits et gestes du prophète étaient aussi enregistrés; Je propose de voir cela dans l’article suivant. *Allah c’est un terme en arabe qu’on ne traduit pas normalement mais les linguistes affirment que ce terme a une signification. Il voudrait dire la divinité en droit d’être adorée. N’oublie de regarder toute les vidéos qui te sont proposé. Le mieux c’est que tu les regardes en laissant un commentaire sur ma chaîne Youtube et que tu t’y abonne !





Nous avons vu dans l’article précédent que le livre le plus authentique sur la surface de la terre était le Coran. Et cela, loin devant les autres livres. Une personne qui le lit est sûr de le lire comme il était lu il y a 1400 ans. Nous avons également vu que l’islam était la religion de tous les messagers car « islam » voulait dire « soumission ». Et sans aucun doute les messagers étaient tous soumis au Créateur. On a vu aussi que dans le Coran il y avait un paradis et pour pouvoir espérer y entrer, il fallait être soumis. Donc, quelqu’un pourrait se dire qu’il suffit alors d’être soumis au Seul Créateur de l’univers en l’adorant comme on l’entend pour être agréé par le Seigneur ! Il pourrait se dire aussi : « Il ne m’est pas nécessaire de suivre Mohammed du moment que je suis soumis. » On a répondu à cette assertion dans l’article deux. Pour rappel, nous avions dit que ce serait illogique que le Créateur laisse chacun faire ce qu’il veut et que la personne cherche elle-même les moyens d’obtenir Son agrément. En effet toutes les créatures avancent en groupe. C’est pour cela qu’Allah nous dit dans le sens des versets dans sourate choura au verset 13 : “Il vous a légiféré en matière de religion, ce qu’Il avait enjoint à Noé, ce que Nous t’avons révélé, ainsi que ce que Nous avons enjoint à Abraham, à Moïse et à Jésus: «Etablissez la religion; et n’en faites pas un sujet de divisions». Ce à quoi tu appelles les associateurs leur paraît énorme Allah élit et rapproche de Lui qui Il veut et guide vers Lui celui qui se repent”. Donc une personne qui veut se soumettre au Créateur mais rejette le guide (en connaissance de cause) qu’Il a envoyé n’est pas totalement soumis. En effet Sa soumission n’est pas complète car en réalité il ne veut pas accepter que le Créateur dépose son message dans le meilleur réceptacle (qui sont le prophètes et les messagers). Allah dit dans le sens des versets : « Et lorsqu’un signe leur parvient, ils disent : “Jamais nous ne croirons tant que nous n’aurons pas reçu un don semblable à celui qui a été donné aux Messagers d’Allah.” Allah sait mieux où placer Son message ». Sourate alan’am verset 124. La personne pourrait dire : « Pourquoi ne pas être soumis à la manière de Moïse ou de Jésus ? ». C’est-à-dire en suivant leur message. Pour trouver la réponse à cette question, je propose d’analyser un verset du Coran: « Et sur toi (Mohammad) Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité, pour confirmer le Livre qui était là avant lui et pour prévaloir sur lui. Juge donc parmi eux d’après ce qu’Allah a fait descendre. Et ne suis pas leurs passions, loin de la vérité qui t’est venue. A chacun de vous Nous avons assigné une législation et une voie à suivre. » Sourate la table servie verset 48. Ce qu’on peut tirer de ce noble verset peut se résumer en trois points : • Que le Coran confirme les autres livres, parmi lesquels figure l’Évangile et la Torah. Donc le Coran nous affirme que l’on a en réalité rien perdu des anciens livres sacrés. •Que les messagers avaient des législations différentes. Ce point est logique pour l’optimisation du message comme nous l’avons affirmé lors du deuxième article. En effet, l’époque, le lieu du peuple est amené à changer. Par exemple il est logique que le Créateur n’évoque pas dans le livre sacré d’un peuple spécifique l’histoire d’un peuple qui n’a pas encore existé. Pour expliquer ce point de différence entre les législations, je vais vous citer quelques exemples. Il y avait avant : – Le repentir par le fait de se tuer. Et cela était présent dans la législation de Moïse, comme l’indique le récit suivant. Pendant l’absence de Moïse le peuple des enfants d’Israël s’est adonné à l’idolâtrie. Des gens se sont mis à adorer un veau en or. Quand le messager Moïse est revenu auprès d’eux il leur a demandé de se repentir, c’est à dire de revenir à leur Créateur, tout en regrettant leurs actes et en demandant le pardon contre la faute qu’ils ont commise. Et pour qu’ils puissent espérer que le Créateur leur pardonne cette faute grave, il leur a été commandé de s’entretuer. Allah nous dit dans le sens des versets : « Et [rappelez-vous], lorsque Moïse dit à son peuple: “Ô mon peuple! Certes, vous vous êtes fait du tort à vous-mêmes en prenant le Veau pour idôle. Revenez donc à votre Créateur; puis, tuez donc les coupables vous-mêmes : ce serait mieux pour vous, auprès de votre Créateur!” C’est ainsi qu’Il agréa votre repentir; car c’est Lui, certes, l’Accueillant au repentir, le Miséricordieux. » Sourate albaqara verset 54. Ce qu’on rapporte c’est qu’ils devaient se lancer des flèches dans la nuit et ceux qui n’étaient pas mort avant l’arrivée du jour étaient excusés. – L’habit de la personne, touché par la souillure, devait être déchiré avant de faire un acte d’adoration tandis qu’en islam on a juste à laver les souillures avant de prier. – Les nourritures cachekh (licites dans la législation de Moïse) ne sont pas forcément autorisés en islam. – Il est mentionné que le prophète Jacob (ou ya’qoub) avait épousé deux sœurs et cette pratique est interdite en islam. – La salutation par la prosternation pour les personnes de haut rang. Cela pouvait se faire au temps du prophète Joseph (Youssouf). Ce type de salutation est interdite en islam. Voilà quelques exemples de législation et voie des prophètes et messagers d’avant nous. Appliquer ces choses n’empêchait aucunement l’entrée au paradis des partisans des prophètes cités car c’était cela être soumis au Créateur ! • Et le dernier enseignement de ce verset est le fait que ce Coran prime depuis sa révélation sur toutes les autres législations. Ce qui signifie que si l’on veut être considéré comme soumis auprès du Créateur on devra suivre ce Coran et, de surcroît, suivre le messager Mohammed (sur lui les éloges et les salutations). « Dis (O Mohammed): « Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. » » Sourate Aali ‘imran verset 31. En d’autres termes, on ne pourra entrer au paradis en adorant le Créateur avec une autre manière que celle dictée par le Coran. On ne pourra donc pas compléter notre soumission à Allah si on ne suit pas Mohammad. Si tu n’as pas entendu parler de l’islam ou de Mohammed on te dira : « soumet-toi au Créateur comme tu le peux. Mais si tu le sais, tu n’a pas le droit de te soumettre et adorer Allah comme bon te semble au risque de ne pas être agréé par le Créateur. » Quelqu’un pourrait dire : Pourquoi avant le prophète Mohammad sur lui les éloges et les salutations on pouvait se soumettre au Créateur selon la manière d’un des guides et après la venue du prophète sur lui les éloges et les salutations seule sa voie est celle agréée auprès d’Allah ? Eh bien Allah dit dans le sens des versets : « Et Nous ne t’avons envoyé qu’en tant qu’annonciateur et avertisseur pour toute l’humanité. » Sourate saba verset 28. Le Prophète Mohammed sur lui les éloges et les salutations dit aussi : « Tout Prophète fut envoyé spécifiquement à son peuple, quant à moi, je suis envoyé à toutes les races, les rouges aussi bien que les noires » [authentique] Et dans un autre hadith authentique il dit : « Par celui qui détient l’âme de Mohammed dans sa main, il n’est pas une personne de cette communauté, que ce soit un juif ou un chrétien qui entend parler de moi puis meurt en ne croyant pas au message avec lequel j’ai été envoyé sans qu’il ne soit compté parmi les gens du feu. » Authentifier par cheikh alalbani. Quelqu’un pourrait dire « mais il y a des règles dans le Coran que je ne vois pas détaillées, pourtant les musulmans les pratiquent. Par exemple la façon de réaliser la prière. D’où tirent-ils cela ? Et bien ils tirent cela des hadiths du prophète Mohammed (sur lui les éloges et les salutations). On trouve dans ces hadiths des paroles et des descriptions d’actes du prophète Mohammad (sur lui les éloges et les salutations). Parlons de la deuxième source qui est incontestée pour les musulmans, si elle est affirmée comme authentique, c’est la sounnah ou bien on peut dire le hadith. La sounnah, c’est tout ce que le prophète sur lui les éloges et les salutations a pu faire, dire ou approuver (comme un acte qui s’effectue devant lui). Comme on l’a dit précédemment, si la sounnah ou le hadith est authentique, le musulman n’a pas le droit de les rejeter. Une question : Le hadith est-il authentique comme le Coran ?Comment est authentifié la sounnah ou le hadith dans l’islam ? Eh bien sache qu’au début de l’islam certaines paroles du prophète ﷺ (sur lui les éloges et les salutations) étaient apprises par cœur et les compagnons du prophète (sur lui les éloges et les salutations) transmettaient à leurs enfants ce qu’ils avaient vu du prophète (sur lui les éloges et les salutations), puis ces enfants à leurs enfants et ainsi de suite. À la différence du Coran, certains pouvaient évoquer des paroles du prophète (sur lui les éloges et les salutations) que les autres n’avaient jamais entendu. En effet on pouvait avoir quelqu’un qui dit : « selon mon père, de son père il rapporte que son père a dit: j’ai entendu le prophète ﷺ dire ceci et cela » Ou des fois c’était : »selon untel qui rapporte de son professeur qui lui même rapporte l’information de son professeur qui rapporte que le prophète (sur lui les éloges et les salutations) a fait ceci et cela ». Pour comprendre le processus d’authentification, évoquons la science appelée « mousstalah ». C’est une science qui a pour but d’enseigner le vocabulaire que les savants ont utilisé pour authentifier une parole du prophète ﷺ. On va essayer de comprendre la généralité : Des personnes qui rapportent un hadith sont appelées « rapporteurs ». Celui qui rapporte une parole du prophète (sur lui les éloges et les salutations) a des intermédiaires. Et tous ses intermédiaires sont liés par conséquent. On appelle cela une chaîne de transmission. Et il va de soi que les rapporteurs d’une même chaîne de transmission peuvent être nombreux puisque certains rapporteurs sont nés plus tard. Cela augmente la probabilité que la parole soit déformée . On a même des personnes qui ont inventé des hadiths cherchant ainsi leur satisfaction personnelle. Donc comment faire ? Faudrait-il mettre le hadith de côté alors qu’il précise beaucoup de versets du Coran? Bienheureusement il y a eu énormément de personnes qui ont sacrifié leur vie pour chercher, vérifier et regrouper les hadiths du prophète ﷺ dans des livres. Ils les ont classés en authentique, bon et faible. L’authentique et le bon étant les deux jugements acceptables et le faible, ou encore inventé, sera rejeté.. Mais quelqu’un pourrait dire : Comment ces personnes qui se sont concentrés sur le hadith ont pu authentifier des hadiths au point qu’ils ne représentent pour les musulmans aucun doute comme pour le Coran ? La réponse est qu’ils ont analysé la vie de toutes les personnes qui ont rapporté le hadith du prophète ﷺ et ce, une par une. Ils ont d’abord regardé si les personnes se connaissaient vraiment, si l’histoire de la vie des rapporteurs d’une même chaîne de transmission permettait qu’ils se soient rencontrés. Mais comment pouvaient-il se renseigner sur toutes ces personnes, présentent dans tant de terres musulmanes !? Ils pouvaient faire des voyages qui duraient plus d’un mois pour se renseigner sur une personne, puis pour faciliter les autres chercheurs d’authenticité, ils transcrivaient dans des livres la biographie de la personne qui avait rapporté le hadith. Comme ça s’il la personne rapporte une autre parole prophétique on sera immédiatement si sa transmission est acceptable ou pas. Mais quels étaient les critères sur lesquels ils se basaient pour authentifier le hadith du transmetteur ? Ils ont regardé si les personnes qui raconté le hadith étaient de bons réceptacles . Citons quelques unes des questions qui permettait à ces enquêteurs de juger si la personne était un bon réceptacle ou pas : – Est-ce que la personne était connu pour oublier les choses ? – Est-ce que la personne était connue pour mentir, trahir ou ne pas appliquer les commandements de la religion ? – Est-ce que la personne, quand elle rapporte un hadith, contredit les autres qui ont rapporté le même hadith ? – Est-ce que la personne était connue pour être pudique et chaste ? On peut aussi dire “Comment pouvaient-ils être sûr que les personnes ne mentaient pas ?” Ils allaient faire leur enquête et interrogeaient les personnes qui ont côtoyé ce transmetteur. Pour savoir tout cela, ils testaient tout simplement ou demandaient à leurs professeurs et d’autres fois aux autres étudiants, en leur demandant par exemple “comment était untel ?” Pour cela on a six livres de référence où on y trouve des hadiths du prophète (sur lui les éloges et les salutations). Si le hadith y est jugé authentique ou bon, le musulman peut l’accepter. Citons quelques uns des livres les plus connus : – L’authentique d’ AL-BUKHARI – L’authentique de MOUSLIM – Les sounan d’ AN NASSA’i – Les sounan d’ ABI DAWOUD – Les sounan de TIRMIDHI – Les sounan d’ IBN MAJAH. Et puis encore des personnes comme cheikh Alalbany se sont assuré de l’authenticité des authentification des hadiths. Voilà un bref résumé de la science du moussttalah مصطلح (l’authenticité du hadith). Mais on pourrait demander :  “Rapporte-nous un hadith pour qu’on ait un exemple, et le mieux serait un hadith qui parle des juifs ou des chrétiens.” Dans le sens du hadith : Jabir le fils d’Abdallah rapporte que le compagnon ‘Omar le fils de Khattab s’est présenté au prophète ﷺ avec un document qui contenait des écrits de la Torah. Aussitôt le prophète se mit en colère et dit : « Es-tu perplexe (à propos du message avec lequel j’ai été envoyé) ? Ô fils de Khattab, par celui qui tient mon âme entre ses mains, je suis certes venu avec de la clarté, pure. (Toute façon je vous enjoint à comprendre que) vous ne leur demanderez pas une chose qui, (lorsqu’elle vous sera) transmise, soit vous traiterez de mensonge la vérité (qui se trouve dans leur livre) ou vous allez rendre véridique ce qui est faux ( cela car la législation des gens qui ont reçu un livre céleste est un peu différente de la vôtre). (Mais sachez que) si Moïse était en vie, il n’aurait qu’a me suivre ! ». Hadith jugé authentique par Ahmed. Avec ces quelques articles il apparaît clairement que le Coran et la sounnah sont les sources les plus sûres qu’on pourrait trouver sur la surface de la terre ! On comprend qu’il est inutile de réfuter dans leur entièreté l’Évangile ou la Torah car on ne sait pas (tout avec détail) ce qui a été modifié de leur livre. Quelqu’un pourrait toujours dire : « Il y a des personnes qui versent du sang au nom de l’islam ou encore se permettent des choses au nom de cette religion. Comment est-ce possible alors que c’est la religion du Créateur ? » La réponse c’est que l’islam est bel et bien la religion du Créateur suprême et elle le sera toujours même si certaines personnes se revendiquant de cette religion font des actes ignobles puis les justifient par l’islam. Mais pourquoi ces déviances ? Pour deux raisons en particulier qui sont relatives à la compréhension : – Le manque de patience concernant l’apprentissage. Les personnes appliquent avant d’apprendre. – Le mauvais choix d’enseignant pour nous aider à comprendre les textes de l’islam. Donc pour finir, apprends à connaître le Coran et la sounnah et ne néglige pas de le faire avec la compréhension des Pieux Prédécesseurs car eux ont compris l’islam. Comment rentrer dans la religion de l’islam ? Il faut dire: Ach hadou an laa ilaaha illa-Llah wa ach hadou anna mohammadan rasoulou-Llah. Et cette formule veut dire « J’atteste qu’il n’y a pas de divinité en droit d’être adorée si ce n’est Allah et j’atteste que Mohammed est le messager d’Allah. Il te faut juste prononcer cette formule en arabe, avec le cœur et la langue pour entrer dans l’islam. Tu n’es pas obligé de prononcer cette formule devant un imam ou une tierce personne. Mais tu peux prononcer cette parole plusieurs fois dont une fois devant l’imam. Mais sache que la première fois que tu l’a prononcée sincèrement, tu es musulman. Je te conseille juste de la prononcer une seconde fois devant une institution islamique pour qu’ils te délivrent un certificat de conversion. Et après cela on ne peut que te dire : Bienvenue en Islam ! Certes le dernier prophète, le prophète Mohammed (sur lui les éloges et les salutations) lorsqu’une personne attestée cela il disait « louange à Allah qui a sauvé une âme de l’enfer ! ». Je vous ai présenté ces articles qui pour moi sont assez clair mais une chose qui montre en réalité la puissance d’Allah doit être rapeler, c’est ce qu’Il a mentionner dans sourate Youssouf : « Et la plupart des gens ne sont pas croyants malgré ton désir ardent. » *La prosternation consiste à ce qu’on mette notre front par terre. C’est une position qui montre l’humilité et la soumission de la personne. ** Certains disent directement les sounnan du prophète (sur lui les éloges et les salutations) qui sont « les traditions ». N’oublie de regarder toute les vidéos qui te sont proposés. Le mieux c’est que tu les regardes en laissant un commentaire sur ma chaîne Youtube et que tu t’y abonne !



Ouvrir le Chat
1
Besoin d'aide ?
SES ISLAM
‏السلام عليكم ورحمة الله وبركاته
Que puis-je faire pour vous ?